Cauchemar à Bruxelles

Revenir aux autres Threads


Cauchemar à Bruxelles

Je préfère vous prévenir, ce thread n'est pas comme les autres : il est très personnel et raconte une expérience vécue il y a 2 ans, que je ne souhaite à personne de vivre, et que personne ne mérite de connaître.
Mais que vous tous, aussi, pourriez vivre un jour...


Le mercredi 16 mars 2016, à 13h30, ma femme, mon fils de 14 mois, et moi-même décollions de l'aéroport de Tel Aviv à bord du vol EL AL LY333 à destination de Bruxelles, d'où nous devions ensuite nous rendre à Paris en voiture de location, pour une petite semaine en France.


Nous voulions passer par Bruxelles pour y séjourner un jour avant de prendre la route de Paris, et y passer aussi notre dernier jour avant de rentrer en Israël la semaine suivante. J'avais réservé un hôtel pour la nuit du 21 au 22 mars, notre vol retour étant le 22 mars au matin.


Après quelques jours passés en France à nous ressourcer auprès de notre famille et nos amis, et à nous goinfrer de pain, de vin, et de fromages, nous sommes donc repartis vers la Belgique dans notre voiture de location, le lundi 21 mars, pour passer un dernier jour à Bruxelles.


Nous aurions pu rester plus longtemps, mais je tenais à être rentré en Israël avant le mercredi 23 mars, car ce soir là, nous étions invité chez mon cousin Anthony pour écouter la lecture de la MEGUILA, à l'occasion de la fête juive de POURIM, une fête chère à mon coeur...


Depuis 2.500 ans, les juifs du monde entier célèbrent chaque année la fête de POURIM dans la joie en lisant à leurs enfants l'histoire de Pourim qui raconte comment le peuple juif a échappé miraculeusement à son extermination par les Perses.
C'est sa mémoire qui fait un peuple.


Ce soir là nous, sommes donc rentrés tôt à l'Hôtel, car le lendemain matin, notre vol LY334 décollait à 11h05, et, sécurité EL AL oblige, nous devions nous présenter à 8h05, 3 heures avant. Mais avant, il fallait rendre la voiture chez Hertz, entre 7h45 et 8h00, donc


Mardi 22 mars 2016, 7h00 : ma femme, notre fils et moi descendons prendre un petit déjeuner rapide dans la salle à manger de l'hôtel, après quoi, je devais la laisser terminer avec mon fils, monter récupérer les valises, régler la chambre, et la retrouver en bas dans le hall.


Ce matin là, notre fils était nerveux, il n'arrêtait pas de pleurer et de crier, ce qui ne nous a pas facilité le petit déjeuner, et nous a mis un peu en retard, car il fallait le calmer, et heureusement pour nous finalement : nous allions vite le bénir d'avoir été insupportable.


7h50 : moi qui suis toujours en avance, je suis encore dans la chambre à boucler les valises et à vérifier que nous n'avons rien oublié, au lieu d'être chez Hertz à l'aéroport de Zaventem. Soudain, mon téléphone fait un BIP : un message sans doute.
Puis, un autre.
Et un autre.


Je n'ai pas que ça à faire, j'ai une valise sur le lit que j'ai du mal à fermer !

Mais par précaution, je sors mon téléphone de ma poche, et là je n'ai pas le temps de regarder mes messages : appel entrant d'un ami à moi, qui vit en Israël à Ashdod, comme moi.

Je décroche.


Il est paniqué, me demande si ça va, où je suis, il parle vite, ne me laisse pas le temps de répondre.

Je lui dis que tout va bien, mais que je suis très en retard pour l'aéroport où je devrais déjà être depuis 30 minutes, et là il me dit : "N'y va pas : il y a eu un attentat".


Le téléphone à l'oreille, j'attrape la télécommande de la TV pour l'allumer et en quelques secondes, je suis plongé dans l'horreur.

Un attentat vient d'avoir lieu à l'aéroport, exactement à l'heure à laquelle nous devions nous y trouver, et exactement à l'endroit où nous devions nous trouver.


Je suis immédiatement descendu chercher ma femme et mon fils, et j'ai appelé l'Ambassade d'Israël pour demander des instructions.
J'ai eu un homme, qui m'a demandé mes coordonnées pour me rappeler, et qui m'a demandé de ne surtout pas quitter notre hôtel.
Il avait raison...


A cet instant précis, nous avons pu voir, ma femme et moi, le professionnalisme extraordinaire de la compagnie EL AL.

L'attentat venait juste d'avoir lieu, et déjà, nous recevions 3 SMS (le même, mais en français, anglais, et hébreu) pour nous prévenir de l'annulation du vol.


Après coup, j'ai réalisé que nous avions reçu ce message non seulement par SMS, mais également par email, en 3 langues, et que dans cet email @elal_france avait même ajouté un message audio.

Ce message audio, le voici :


Alors que nous étions hypnotisés par les images de l'attentat qui passaient en boucle à la TV, et que nous répondions aux amis et à la famille par Whatsapp et par téléphone, nous avons soudain ressenti comme un tremblement de terre, en même temps qu'un bruit sourd, et terrifiant.


Je me suis approché de la fenêtre pour essayer de voir s'il y avait quoi que ce soit, mais tout ce que j'ai vu, c'est que notre hôtel se trouvait juste devant l'ambassade du Qatar.
Quelques instants après, la TV nous apprenait une explosion dans le Métro, station Maelbeek...


Et là, les choses sont allées très vite : nous avons commencé à entendre hurler des sirènes d'ambulances et de voitures de police sans interruption, la télévision a annoncé que l'aéroport était fermé, puis, que tout fermait à Bruxelles.

Nous étions piégés dans une ville morte...

Pas question de rester là avec ma femme et mon fils : j'avais une voiture de location impossible à rendre à Bruxelles, mais je pouvais partir et la rendre ailleurs.

J'ai commencé à regarder les aéroports possibles en France, Suisse, Pays-Bas, etc... et mon téléphone a sonné.


C'était l'Ambassade d'Israël qui me rappelait pour me demander si nous étions en sécurité, et me prévenir que EL AL nous contacterait très vite pour nous proposer des options de départ en avion.
En effet, 30 minutes plus tard, je recevais un appel d'un agent de EL AL.
Notre conversation ne dura pas plus d'une minute, et commença par une question :
- Est-ce que vous avez la possibilité de vous rendre à Amsterdam avant demain ? 3 places vous attendent à bord d'un vol qui part demain à 14h30

Ma réponse fût immédiate :
- oui, aucun problème !


Dans ce cas, me dit l'agent d'EL AL, je vous envoie immédiatement vos 3 billets par email avec des confirmations SMS. Vous n'avez rien à faire ni rien à payer, vous devez juste être présents demain à 11h30 à l'aéroport d'Amsterdam.
Le temps de raccrocher, les billets étaient là.


En moins d'une heure, j'avais pu joindre Hertz à l'aéroport d'Amsterdam et les prévenir de ma restitution d'une voiture le lendemain, et j'avais réservé un hôtel à Amsterdam à proximité de l'aéroport Schiphol.
Et nous avons pris la route...


Jamais je n'oublierai le réceptionniste en train de me dire :

- Mais Monsieur, les routes sont fermées je ne sais même pas si vous pourrez quitter la Belgique en voiture.

Devinez ? Pas un contrôle sur la route, et au bout, un panneau : "Welcome to Nederlands".
Vive Schengen.


Le lendemain, nous avons pu rendre la voiture à 11h00 chez Hertz, puis, nous nous sommes présentés au guichet de EL AL à 11h30 dans un aéroport sous tension, et enfin, nous avons embarqué à bord du vol LY338...

En laissant derrière nous 35 morts et 94 blessés, traumatisés à vie.


Nous étions en plein ciel, quand soudain, un passager s'est levé, a regardé tout le monde, et a dit en hébreu, d'une voix douce:

- Mes amis, je vous propose de lire la MEGUILA de POURIM.

Je t'aime, EL AL.


Mes autres threads